pha112000016Spring break oblige, ma petite plume fainéante est en vacances et n'a rien écrit... fort heureusement, la relève est là pour assurer la production hebdomadaire!

Voici donc, en "special guest", le premier texte de Blondinette... je vous le livre tel quel, je n'ai pas eu le droit d'y toucher un mot, cela va de soi!

Le besoin d’aller à l’école

Le besoin d’aller à l’école est toujours éternel.

Tous les matins on n’est jamais satisfait.

On ajuste sa coiffure, on règle ses chaussures.

On ferme les boutons de son manteau.

Dans la voiture.

Dans la voiture, on se sent un tout petit peu mieux.

On est couci-couça, excité et nerveux.

On n’a pas envie de quitter son papa et sa maman.

On avait envie de rester au lit.

Rentrer à l’école

Quand on rentre à l’école, on est toujours un peu timide.

On dit bonjour à son enseignante, puis on reste auprès de sa maman cinq minutes, on fait quelques pas, on propose à un ami de jouer avec lui.

Ensuite, on retourne auprès de sa maman, on lui fait un bisou, puis elle s’en va.

On lui fait un dernier signe de la main.

L’après-midi.

L’après-midi est toujours plus confortable.

Le vent nous fouette les joues

Quand il neige, les glissades sont plus glissantes que jamais.

Parfois le vent nous fouette tellement fort les joues qu’elles deviennent toutes rouges.

Rouge comme la pomme que je viens de manger pour la collation.